Contribution et pétition citoyenne

Pour une ZFE* écologique et solidaire à Marseille

*ZFE = Zone à Faibles Emissions carbones

Partagez la contribution citoyenne pour une ZFE écologique et solidaire sur les réseaux sociaux

Qu’est-ce qu’une ZFE?

Le 24 octobre 2019, l’Etat français a été condamné par la Cour de justice de l’Union européenne pour son incapacité à protéger les français contre la pollution de l’air aux oxydes d’azote et aux particules fines.

L’Etat a alors imposé aux métropoles de mettre en œuvre des Zones à Faibles Émissions – Mobilités (ZFE-m ou ZFE). Une ZFE force le renouvellement du parc automobile en ne permettant que la circulation de véhicules récents à l’intérieur des zones les plus denses: elle interdit progressivement la circulation des véhicules les plus polluants dans une zone définie, dans le centre-ville, sur la base de la vignette Crit’Air. 

Le 17 janvier 2022, la Métropole Aix-Marseille-Provence a lancé une consultation publique, obligatoire en vue de la mise en œuvre d’une ZFE dans le centre-ville élargi de Marseille. Le périmètre proposé par la Métropole est une zone de 19,5km² située entre la mer et l’intérieur des boulevards de ceinture (Plombières, Jarret et 2ème Prado), zone où vivent 314,000 habitants. Dans la ZFE proposée par la Métropole ne pourraient plus ni circuler ni stationner : 

De l'air !

Une Zone à Faibles Émissions Mobilités (ZFE-m) à Marseille, oui, mais elle doit être efficace et solidaire. Il convient d’amender le projet minimaliste de la Métropole Aix-Marseille-Provence, pour véritablement réduire la pollution de l’air à Marseille, pour être à la hauteur des enjeux de santé publique, sans pénaliser les habitants aux revenus modestes.

Ecologistes !

La ZFE proposée par notre Métropole n’est pas suffisante pour se conformer aux  exigences de la directive européenne sur la qualité de l’air. En effet, il a été mesuré que les ZFE amènent une baisse de 10% à 20% des émissions d’oxydes d’azote et de particules fines en moyenne, ce qui est très inférieur aux objectifs nationaux: -67% pour les oxydes d’azote, -50% pour les particules fines PM2,5 et -37% pour les PM10. Le périmètre et les modalités proposées sont à revoir pour aboutir à un dispositif efficace.

Solidaires !

Réduire la pollution de l’air est absolument nécessaire et urgent. Il faut cependant noter qu’une ZFE sans mesures d’accompagnement serait socialement injuste: on ne peut pas forcer les ménages les plus modestes à changer de véhicule alors qu’ils n’en ont pas la capacité financière, ou à utiliser le vélo ou les transports en commun lorsqu’il n’existe pas de bons aménagements et une bonne desserte près de chez eux.

C’est pourquoi les écologistes et citoyen•nes marseillais•es demandent des ajustements et mesures d’accompagnement pour la ZFE-m de Marseille, autour de 4 grands axes.

Ajuster le périmètre pour mieux réduire la pollution ;

② Accélérer le développement des alternatives à la voiture, pour les professionnels et les particuliers ;

③ Accompagner la ZFE-m par des aides financières sous condition de ressources ;

④ Animer une concertation large et un pilotage collaboratif de la ZFE (au-delà de la consultation en cours), incluant les habitants, la municipalité, la métropole et l’Etat.

Voir les propositionsVoir les contributions citoyennes

Ajuster le périmètre de la ZFE pour mieux réduire la pollution

P1 - Intégrer dans la ZFE les boulevards de ceinture, afin que les poids lourds et véhicules utilitaires continuent de circuler mais sans polluer la zone;

P3 - Intégrer dans la ZFE les ports, en partenariat avec l’Etat, pour lutter contre la pollution des navires et des navettes maritimes. (Le nouveau contrat avec la RTM vers les îles du Frioul, l'Estaque et en été la Pointe Rouge prévoyait la mise en service de bateaux hybrides, comme dans la rade de Toulon). Inclure les bassins portuaires dans la ZFE dès 2024 aurait l'intérêt de pousser le Port et la Métropole à prendre des mesures volontaristes pour la transition énergétique des navires.

P2 - Intégrer dans la ZFE les tunnels (Joliette, Prado-Carénage, Prado Sud et Schloesing) pour que leurs fumées ne polluent plus les riverains ni en entrée & sortie de tunnel, ni au cœur de la zone via les extracteurs de fumées.

P4 - Faire respecter la réglementation sur les émissions polluantes (dont sonores) de tous les véhicules, y compris les deux roues motorisés, souvent bruyants et dont leur carburation est sous-optimale, avec dégagements d'odeurs, de composés organiques volatils et de gaz imbrûlés (Paris interdit par exemple les motos et scooters d'avant 2004 - Euro 1 à 4 - depuis 2016).

② Accélérer le développement des alternatives à la voiture pour les professionnels: vers une logistique décarbonée

 

Il est nécessaire de travailler dans le cadre de la ZFE-m sur l’enjeu majeur du transport de marchandises dans le centre de Marseille, engorgé notamment par les véhicules de livraison.

L1 - Aider financièrement les TPE-PME pour le rétrofit des véhicules et l’acquisition de vélos-cargos ;

L2 - Dédier des itinéraires et des aires de stationnement à la cyclo-logistique; apaiser le trafic dans toute la ZFE-m;

L3 - Ouvrir des espaces logistiques urbains à l’entrée de chaque quartier en lisière de la ZFE pour rationaliser la livraison du dernier kilomètre, avec quais de transfert des chargements entre camion et vélos-cargos (le MIN des Arnavaux et la plate-forme Sogaris peuvent jouer un rôle d’acteur pilote);

L4 - Offrir aux voyageurs et au fret des infrastructures de transports performantes (exemple du tramway des collines reliant les pôles logistique et multimodaux de la Barasse et des Aygalades)

L5 - Définir des objectifs de décarbonation de la logistique dans la ZFE-m

Accélérer le développement des alternatives à la voiture pour les particuliers
La pollution de l’air ne baissera à Marseille que si le parc automobile devient plus “propre” mais aussi et surtout si marseillais et visiteurs se déplacent moins en voiture dans la ville. La ZFE-m a donc besoin d’une série de mesures accélérant le développement d’une logistique décarbonée, ainsi que des déplacements partagés, doux et actifs, grâce au développement du réseau de transports collectifs, d’un réseau d’autopartage renforcé, des trottoirs rendus aux piétons et à d’un réseau cyclable sécurisé.

M3 - Rationaliser le stationnement
La place de la voiture a été réduite dans le centre-ville de Marseille depuis la mise en œuvre du tramway et la piétonisation de l'hyper-centre. Toutefois, la recherche de stationnement, les encombrements devant les écoles et le stationnement sur trottoirs génèrent toujours à Marseille une pollution de l’air importante. La voiture continue d’occuper 80% de l'espace public alors qu'elle représente moins de la moitié des déplacements. En 2021, la Ville de Marseille a fait des propositions pour déployer la loi LOM (voir mesure M1), déploiement qui amènera une vaste rationalisation du stationnement à Marseille au profit des mobilités actives. La Métropole doit maintenant acter le déploiement de la LOM et l’intégrer dans des plans locaux de mobilité, corollaires indispensables de la ZFE.

TC1 - Dédier des voies aux bus sur les axes interquartiers structurants.

TC2 - Accélérer le déploiement d’un réseau bien cadencé pour les bus et tramways, avec fréquence à 4 min. en heure de pointe et amplitude horaire élargie.

TC3 - Mobiliser les places de stationnement en ouvrages, publics et privés, à l'intérieur de la zone pour les résidents (quotas suffisants et tarifs encadrés) et autour de la zone pour les non-résidents, afin que chacun puisse facilement garer son véhicule pour emprunter un transport collectif.

TC4 - Créer de nouveaux pôles d'échanges avec parking relais dans chaque arrondissement

TP1 - Renforcer le réseau d’autopartage (1000 véhicules) avec grille tarifaire attractive (mesure retenue par le Plan de Protection de l’Atmosphère des Bouches-du-Rhône) pour permettre aux riverains qui abandonnent leur voiture d’avoir accès à un véhicule en tant que de besoin

TP2 - Inciter les abonnés des parkings en ouvrage qui utilisent très peu leur véhicule à tester l’autopartage

M1 - Encourager la marche à pied en libérant les trottoirs (repositionnement des stationnements vélo et moto sur chaussée, à moins de 5 mètres des passages piétons comme le prévoit la Loi d’orientation des mobilités)

M2 - Réduire le trafic de transit inter-quartiers par un plan de circulation en boucles locales à 30 km/h. Une des manières efficaces de limiter la circulation, donc la pollution, en ville est de mettre en place un plan de circulation en boucles locales à sens unique. On ne circule sur les voies secondaires que pour accéder au quartier, sur des boucles partant des axes principaux et y revenant. Ces plans empêchent la circulation de transit inter-quartiers, elles réduisent le trafic et les pollutions associées.

V1 - Création d’un réseau cyclable sécurisé, par déploiement accéléré du Plan vélo métropolitain 2019-2024; déploiement de pistes et bandes cyclables sur chaussée pour un réseau secondaire; créer des “voies vertes”, réservées exclusivement aux mobilités douces (vélo, marche, trottinettes).

V2 - Zone partagée à 20 km/h dans toute rue où une piste cyclable n'est pas possible

V3 - Renforcement du Service LeVélo en libre-service.

V4 - Aider à l'acquisition d’un vélo (-cargo) à assistance électrique

③ Accompagner socialement la mise en place de la ZFE

Le lancement de la ZFE devra être accompagné socialement pour favoriser le changement des habitudes de déplacement, avec les politiques de mobilités décrites ci-dessus; mais l’accompagnement devra inclure aussi une aide financière au remplacement des véhicules, sous conditions de ressources, pour celles et ceux qui ne peuvent pas se déplacer autrement qu’en voiture. On estime à 8,000 à 10,000 le nombre de véhicules très polluants d’habitants de la zone à remplacer après entrée en vigueur de la nouvelle réglementation.  

 

AD1- Instaurer des aides financières conditionnées aux revenus, pour faciliter le changement de véhicules.

AD2 - Accorder une dérogation conditionnées aux revenus vivant dans la ZFE-m (par exemple CritAir 5 prolongé jusqu’en 2024, Critair 4 jusqu’en 2025, Critair 3 jusqu’en 2026 pour les résidents non imposables).

④ Animer une concertation large et un pilotage collaboratif de la ZFE

La Ville de Marseille a offert une coopération pleine et entière à la Métropole pour mettre en œuvre une concertation avec les habitants et préparer la ZFE. Cette concertation n’est pas en place à ce jour: elle est remplacée par une consultation d’à peine 6 semaines.

 

AC 1 - Organiser des sessions d’information et de concertation avec les citoyens, le plus tôt possible et pour toute la durée de la consultation du public.

Dès à présent, nous invitons les citoyens à consulter les registres métropolitains, consultables depuis le 17 janvier 2022, et à exprimer leurs attentes en matière de santé publique et de mobilité dans notre ville. La concertation sur la ZFE doit nous permettre de repenser Marseille avec l’ambition que nécessite le défi climatique. Ensemble, nous concilierons lutte contre la pollution et justice sociale.

PERSPECTIVES

La ZTL (Zone à Trafic Limité) est un dispositif de réduction du trafic automobile en vigueur dans plus de 200 villes italiennes, ainsi qu’à Nantes et Grenoble. Dans une ZTL, seuls sont autorisés à circuler les résidents, commerçants, professionnels et personnes à mobilité réduite. Ces schémas sont plus acceptables socialement que les ZFE. Ils sont complémentaires de la ZFE et semblent bien adaptés au centre de Marseille et à ses noyaux villageois marseillais. La ZTL est un moyen simple d’apaiser la ville pour mieux y respirer. Aussi nous recommandons de procéder par phases:

 

- En 2022, ajuster les modalités de mise en œuvre de la ZFE-m, en accordant des dérogations aux riverains et livreurs et non aux navetteurs.

- En 2023, mettre en œuvre de petites ZTL, complémentaires de la ZFE, qui permettront d’atteindre les objectifs nationaux de réduction de la pollution de l’air.

Vos contributions citoyennes

 Participez à améliorer la ZFE construite par la Métropole.

Vos propositions seront ajoutées à la contribution citoyenne déposée dans le cadre de la consultation officielle de la Métropole.

Signez également la contribution pour lui donner une force citoyenne auprès des enquêteurs•euses officiel•les de la Métropole.

Voir les propositions citoyennesProposez vos idées

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Une fois les véhicules Crit’air 5, puis 4, puis 3 interdits dans le périmètre de circulation de la ZFE, que deviennent-ils ? Les institutions doivent favoriser un recyclage de ces véhicules et les filières économiques le permettant. »

[oacsspl] 

CONTRIBUTION CITOYENNE

« À partir du 1er janvier 2022, la Loi Orientation des Mobilités impose aux flottes de plus de 100 véhicules, 10 % des renouvellements en véhicules à faibles émissions (VFE, soit moins de 60 g de CO2/km), c’est-à-dire en électrique et hybride rechargeable (PHEV). Ce renouvellement impacte la stabilité économique de développement de la filière. Les institutions doivent faciliter des réductions de coûts pour la filière afin de compenser en partie la baisse des bénéfices. »

[oacsspl]

CONTRIBUTION CITOYENNE

« La mise en service d’un véhicule en autopartage remplace neuf voitures personnelles, selon une enquête de l’Agence de l’Environnement et maîtrise de l’énergie (Ademe). La réduction du nombre de voitures permet une réduction de l’emprise de celles-ci sur la voirie. Cela permet d’imaginer une réappropriation des places de stationnement pour de nouveaux usages : terrasses de commerçants, stationnements vélos, végétalisation basse, etc. La ZFE doit être accompagnée de mesures en faveurs de l’autopartage. »

[oacsspl]

CONTRIBUTION CITOYENNE – Parole de jeunes

« Comment puis-je imaginer vivre séreinement dans une société où la crise environnementale n’est pas prise au sérieux ? Comment pouvons-nous nous projeter dans une société instable et pleine d’incertitudes ? La ZFE et les politiques publiques complémentaires doivent être ambitieuses pour lutter contre notre anxiété face aux crises écologiques, sociales et de la précarité des Françaises et Français. »

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Les scooters et autres 2 roues doivent être concernées par la ZFE mise en place. La pollution sonore infernale en ville doit être maîtrisée et contrôlée. »

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Créer des consultations au plus près des habitants pour que ça ne soit pas ressenti comme des punitions pour les plus éloignés des transports collectifs. »

CONTRIBUTION CITOYENNE

« favoriser les déplacements en transports en commun ( augmenter la fréquence des rotations , revoir le prix du ticket à la baisse , prolonger les lignes 1 et 2 du métro vers AUBAGNE et les quartiers Nord…) »

Proposez vous aussi vos idées pour améliorier la ZFE. Selon vous, que faudrait-il faire pour pour réduire les pollutions en Ville ?

Cliquez sur le bouton « Proposez une idée »

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Inclure, dans les mesures incitant à opter pour le vélo, des parkings sécurisés à disposition des habitants. Le nombre d’emplacements de stationnements non sécurisé est ridicule (meme en centre ville dans le périmètre de la ZFE). Avec le développement des VAE dont l’investissement est conséquent, il faut accompagner la transition vers ce type de moyen de transport par la création de parking sécurisés (sur des places de stationnement auto, comme à paris par ex) La métropole est en train de sous traiter les solutions de parkings payantes à des entreprises privées ce qui reste socialement inacceptable pour beaucoup de marseillais.es. Favoriser l’usage du vélo ne doit pas reposer sur une volonté individuelle. Les collectivités se doivent d’accompagner les citoyens. »

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Multiplier les transports en commun, remettre les TER à l’honneur en rouvrant les petites gares, construire des pistes cyclables en ville et en banlieue, aménager gares, trams et trains pour y accueillir les vélos en masse. Contrôler la vitesse et la pollution des camions, mieux définir leurs parcours autorisés en fonction de la voirie. Contrôler la pollution des usines. »

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Favoriser des zones à trafic limité ZTL. »

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Mieux qu’une zone à faible émissions, plutôt antisociale, si on limitait déjà encore plus la place de la voiture en ville. L’idée est de développer les transports publics, faire des parkings en périphérie, développer les pistes cyclables… D’investir vraiment.« 

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Enfin construire des pistes cyclables séparées en continuité sur la Zone. »

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Soyez ambitieux. Pistes cyclables pour la sécurité des familles au quotidien partout dans la ville. Dès que les gens se sentent en sécurité sur les pistes cyclables, le vélo s’installe rapidement et la présence des voitures diminue. Encore plus ambitieux: Tram et Métro entre Universités, Parcs, Musées et les quartiers. Ce n’est pas possible qu’une ville si étalée ait toujours ce réseau honteux de Tram/Métro. »

Proposez vous aussi vos idées pour améliorier la ZFE. Selon vous, que faudrait-il faire pour pour réduire les pollutions en Ville ?

Cliquez sur le bouton « Proposez une idée »

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Dans le 3ème arrondissement, quelles solutions alternatives de transport en commun La Métropole propose t elle aux habitants à l’horizon 2024 ? Le renforcement des lignes de bus déjà demandé depuis longtemps devient indispensable car la desserte déjà très difficile et saturée au quotidien, va s’aggraver. Elle est également quasiment impossible de nuit alors que de nombreux travailleurs précaires du quartier sont en horaire décalé (ménage, hôpitaux…) et n’ont pas les moyens de changer de véhicule. Propositions pour le 3ème arrondissement (Classé quartier prioritaire et l’arrondissement le + pauvre): – La mise en place d’un calendrier plus adapté ou un réajustement du périmètre d’application, en fonction de l’arrivée du tram et/ou de l’aménagement de parking relais à proximité. – Le renforcement des bus en journée et l’accélération du projet de tram à la Belle de mai. – La création de lignes de bus de nuit plus fréquentes et sécurisées, adaptées aux besoins des travailleurs en horaire décalé (concertation, enquête à mener). – Des aides financières spécifiques et un accompagnement aux demandes d’aides de l’état existantes (guichet unique).« 

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Afin de suppléer rapidement à l’insuffisance de transport en commun on pourrait Mettre en place une régie municipale ou une SCIC de vélo et VAE en LLD pour les précaires et un service de vélo pousse pousse pour les PMR notamment. Cette entre prise pourrait être une entreprise sociale afin d’intégrer ou de réintégrer des personnes brisées socialement. »

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Proposer des subventions pour l’aménagement d’un local vélo sécurisé dans les immeubles. Imposer aux parkings souterrains du centre-ville des places de parking vélo sécurisé et accessibles H24.« 

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Installer des box à vélos sécurisés sur les grands axes (Prado, Paradis, Breteuil, Jarret, Plombière…) afin de permettre à ceux pour qui le manque de place pour entreposer son vélo est un frein. »

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Création de squares arborés et plantation d’arbres adaptés dans la ville. Rénovation des Grands Parcs existants. Navettes à moteur à hydrogène gratuites en centre ville.« 

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Amélioration des transports en commun »

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Extrême urgence à s’en préoccuper enfin, il faut un plan ambitieux et beaucoup de pédagogie pour les marseillais et marseillaises !« 

Proposez vous aussi vos idées pour améliorier la ZFE. Selon vous, que faudrait-il faire pour pour réduire les pollutions en Ville ?

Cliquez sur le bouton « Proposez une idée »

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Afin de rendre lisible l’usage des vélos et trottinettes, moyens de mobilités actives en free-floating, et de résoudre la question de leur stationnement, la Ville de Marseille peut, dès aujourd’hui (et ce depuis janvier 2020 !) car c’est SA COMPETENCE, marquer au sol les zones de 5 mètres en amont des passages piétons, comme le prévoit la loi LOM. Avec pictogrammes ‘Vélo » et « Trotinettes » dans la future ZFE. La Métropole doit urgemment répondre à la demande de la Ville de Marseille (rapport 92 Conseil municipal du 9 juillet 2021) d’équipement d’arceaux vélos (car c’est SA COMPETENCE) ces zones de 5 mètres dites « de réserve ». N’attendons pas le Plan Local de Mobilité de Marseille, qui ne sortira pas des cartons avant des années.« 

CONTRIBUTION CITOYENNE

« Des parkings velos electriques dans le 13012 car la montée Blancarde / Montolivet est décourageante. »

CONTRIBUTION CITOYENNE

« L’agrandir en dehors du centre de Marseille! Nous souffrons beaucoup de la pollution atmosphérique à Trets« 

Proposez vous aussi vos idées pour améliorier la ZFE. Selon vous, que faudrait-il faire pour pour réduire les pollutions en Ville ?

Cliquez sur le bouton « Proposez une idée »

Partagez la contribution citoyenne pour une ZFE écologique et solidaire sur les réseaux sociaux

Les Avis des Associations

« Selon l’analyse des Amis de la Terre Bouches-du-Rhône Provence, la ZFE-m apparaît comme :
– ayant un effet incertain sur la pollution de l’air ;
– ayant un potentiel d’aggravation des émissions de GES ;
– maintenant un statu-quo sur la problématique densité de circulation dans le centre-ville ;
– socialement injuste ;
Les Amis de la Terre 13-Provence considèrent qu’une ZFE-m n’aurait d’intérêt que comme
complément d’un projet ambitieux de réaménagement du centre urbain« 

Avis de l'association

"Les Amis de la Terre Bouches-du-Rhône Provence", à lire en intégralité en cliquant ici.

Couverture presse

 

La Marseillaise, 3/02/2022

Contribution et plateforme citoyenne proposée par le Groupe Ecologiste et citoyen au Conseil Municipal de Marseille

Le groupe écologiste et citoyen existe depuis juillet 2021, il est actuellement composé de six élu·e·s; Adjoint·e·s au Maire et Conseiller·e·s Municipales déléguée·s : Fabien Pérez (Président du groupe), Aïcha Sif, Hervé Menchon, Nouriati Djambae, Sébastien Barles et Théo Challande Névoret.

Sensibles au temps long, à l’urgence de la crise climatique et à l’effondrement du vivant, nous savons, plus que jamais avec la pandémie du covid-19, que l’urgence écologique est aussi une urgence sociale pour nombre d’entre nous.  

La politique, c’est avant tout le dialogue et l’échange. Le Groupe Ecologiste et citoyenne est là pour créer du lien, elle mettra en lumière les combats, les mobilisations, les initiatives citoyennes, les espaces de co-construction d’un avenir en commun et de la ville de demain.
C’est un outil pour un débat démocratique ouvert et transparent.
 
Plus de d’écologie, c’est aussi plus de justice sociale, plus de démocratie. Nous voulons rompre avec les pratiques politiques néfastes et libérer le pouvoir d’agir des habitant·e·s.